[Décryptage compo] Dessange, shampooing nutri-régénérant Prodig’huile

[Décryptage compo] Dessange, shampooing nutri-régénérant Prodig’huile

  • Sachant que l’on considère un shampooing de grande surface, cette composition est agréablement surprenante, aussi bien au niveau toxicité qu’environnemental. En effet, seuls des émulsifiants éthoxylés sont à déplorer. Ces derniers sont sont issus d’un procédé industriel lourd et polluant (= l’éthoxylation), et sont suspectés de rendre la barrière épidermique plus perméable et donc d’ouvrir la voie à d’autres substances plus nocives.

    Le produit

    Flacon plastique : 250 mL
    Prix indicatif : 4 euros
    Disponibilité : grandes et moyennes surface

    pub-haut

    Infos officielles

    Sa formule hautement nutritive associe les huiles précieuses d’argan, de camélia et de pracaxi avec :

    • un polymère cationique qui se fixe sur le cheveu sensibilisé pour lisser les écailles et faciliter le démêlage
    • un silicone qui apporte brillance et douceur aux cheveux sans alourdir leur matière

    Ce shampooing transparent, limpide comme une huile, développe une mousse légère qui se rince très facilement.
    Les cheveux retrouvent leur douceur originelle. Nourris et réparés, ils sont protégés des agressions extérieures.

    Indications :
    Cheveux dénaturés sur-brushés, défrisés ou décolorés

    Le point composition 

    Sachant que l’on considère un shampooing de grande surface, cette composition est agréablement surprenante, aussi bien au niveau toxicité qu’environnemental.

    En effet, seuls des émulsifiants éthoxylés sont à déplorer. Ces derniers sont sont issus d’un procédé industriel lourd et polluant (= l’éthoxylation), et sont suspectés de rendre la barrière épidermique plus perméable et donc d’ouvrir la voie à d’autres substances plus nocives.

    La formule lavante, quant à elle, est essentiellement constituée de Sodium laureth sulfate (aussi appelé SLS), un tensioactif souvent utilisé car très peu cher.
    Son action desséchante est ici atténuée grâce à l’emploi d’un autre tensioactif : la Coco-betaine.

    Notons la présence d’Amodimethicone, un silicone persistant et donc difficile a éliminer. Ce silicone est un agent filmogène qui à la longue étouffe le cuir chevelu et altère la tenue des colorations capillaires.

    Remarquons également l’utilisation de Polyquaternium-10, qui n’est autre que le « polymère cationique pouvant se fixer sur le cheveu et lisser les écailles » décrit par la marque.
    Les quaterniums sont en réalité des substances très similaires aux silicones : peu dégradables (= polluantes), ils sont utilisés pour réduire l’électricité statique des cheveux et ainsi améliorer leur démêlage et leur coiffage.

    RAS concernant la conservation de la formule (aucun conservateur à polémnique n’est à déplorer !) et les additifs divers.
    Une petite mention « Peut mieux faire » tout de même à propos du colorant azoïque CI 14700, suspecté nocif.

    Venons-en maintenant aux 3 actifs mis en avant par la marque : les huiles d’argan, de camélia (= le nom plus vendeur du thé vert) et de pracaxi.

    SI l’initiative est louable (ces huiles gainantes ont pour effet de redonner du tonus et du gonflant aux chevelures), il est dommage de ne les retrouver qu’en 12e, 14e, et 25e positions de la déclaration INCI !
    Pour rappel, cette déclaration INCI énumère les ingrédients dans un ordre décroissant de concentration, les substances en fin de liste sont donc bien moins dosées que celles au début.

    Allons plus loin : un arrêté du 6 février 2001 relatif à l’utilisation de certaines substances en cosmétique, nous apprend que le colorant CI 14700 ne peut être utilisé à une concentration supérieure à 2% dans le produit cosmétique fini.
    Or ce colorant étant situé avant les 3 huiles dans la déclaration INCI, on peut donc en conclure que la concentration de ces dernières ne dépasse pas non plus 2%, soit au maximum 5 mL d’huile dans votre flacon de 250 mL ! Dommage…

    pub-haut

    Enfin dernier point, ce shampooing me rappelle étrangement celle d’un autre shampooing, vendu beaucoup plus cher cette fois : Kerastase Elixir sublime, shampooing à l’huile sublimatrice.
    Les compositions de ces 2 soins étant très similaires (mêmes huiles, même base lavante, même conservateurs, même additifs), le petit Dessange peut donc être une bonne alternative au grand Kerastase !

    • Post category:Non classé